picto

Trouvez toute l'info

dont vous avez besoin en matière d'assurance

Vous êtes ici

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour retrouver tous vos outils disponibles : votre liste de lecture, l’inscription à la newsletter et vos notes sur les articles !

Connectez-vous ou Créez un compte
Tous les articles de Assurance sports et loisirs Assurance sports et loisirs

Sports à risques et sports extrêmes : tout savoir des assurances spécifiques

0
08/07/2015
Les assurances décès et prêt n’apprécient que très moyennement que les détenteurs de contrats s’adonnent à la pratique de sports dits à risque, voire extrêmes. Seulement voilà, vous ne concevez pas la vie sans adrénaline et sensations fortes. Comme vous n’êtes pas totalement inconscient, et que la plupart des contrats d’assurance classiques classent ces sports parmi leurs exclusions, vous devez trouver une solution. Suivez le guide !
visuel-escalade

Sports à risques ou extrêmes, quels sont-ils ?

Difficile de préciser la différence entre ces deux terminologies. Certaines compagnies d’assurance les classent dans l’une ou l’autre de ces catégories. En règle générale, la pratique de ces sports est considérée comme dangereuse par les assureurs :

  • sports équestres : concours hippiques, courses de haies, cross country, polo, rodéo…,
  • sports automobile et motocycle : course de vitesse, course de côte, formule 1, 2 et 3, karting, rallyes, raids, stock car, course sur circuit, enduro, motocross, quad en compétition…
  • sports de montagne : luge et patinage en compétition, ski extrême, bobsleigh, motoneige, skeleton, spéléologie, escalade, alpinisme…
  • sports nautiques : rafting, jetski, courses hors bord et off shore, navigation à plus de 20 miles des côtes ou d’un abri, pêche ou plongée sous-marine avec équipement autonome, canyoning…
  • sports de combat : boxe, karaté,…
  • sports aériens : ULM, parachute,…
  • saut à l’élastique,
  • VTT en compétition.

La liste n’est pas exhaustive. Il faut néanmoins y apporter quelques nuances : le ski sur des pistes balisées, un baptême de plongée sous-marine ou un saut en parachute effectué en binôme ne sont pas des pratiques à inquiéter votre assureur outre-mesure.

En clair, si vous pratiquez un sport sur le plancher des vaches, n’impliquant ni vitesse excessive ni contact violent avec un partenaire, vous êtes certains d’être couvert par votre assurance. En revanche, si vous êtes un adepte du ski hors piste, de la plongée en eaux profondes, ou, si de façon générale, vous êtes du genre à prendre des risques, mieux vaut en informer votre assureur, au risque de ne pas être couvert en cas d’accident.

Bon à savoir : si votre enfant pratique l’un de ces sports dans le cadre d’une activité scolaire, il est automatiquement couvert, en dépit du caractère réputé dangereux du sport pratiqué. Vous n’aurez donc pas à souscrire une assurance spécifique pour lui.

Mon assureur refuse de me garantir, que faire ?

Rassurez-vous, il existe une solution ! Il existe en effet des compagnies d’assurance spécialisées pour couvrir les risques liés à la pratique de ces sports extrêmes et à risques.

La plupart de ces contrats incluent trois garanties :

  • la responsabilité civile, qui prend en charge les dommages que vous pourriez causer à un tiers,
  • le décès accidentel,
  • l’invalidité de deuxième catégorie selon la norme de l’Assurance maladie, c’est-à-dire qui vous prive de l’exercice de toute activité professionnelle.

Vous décidez, avec votre assureur, d’un capital qui vous sera versé, ou le cas échéant à vos bénéficiaires.

Les conditions limitatives de ces assurances spécifiques

Ces contrats d’assurance sont, de manière générale, réservée aux personnes âgées de 18 à 70 ans, exerçant leur sport favori, et dangereux donc, en amateur. Les sportifs professionnels doivent souscrire une assurance spécifique à leur statut.

Pour que l’assurance fonctionne, sauf clauses particulières, il faut également que l’accident survienne pendant la pratique du sport en lui-même. Cela signifie que les accidents survenant pendant les périodes de transport, ou le temps passé dans les vestiaires par exemple ne peuvent donner lieu à une indemnisation.

Ce dernier point est important, dans la mesure où la pratique de certains sports peuvent porter à confusion, comme les sauts en parachute par exemple. Au moment de la souscription, nous vous recommandons fortement de vous faire préciser ces points par votre assureur.

L’intérêt de ces assurances spécifiques est que vous pouvez souscrire un contrat pour une période allant de quelques jours, si vous décidez de vous essayer au rafting pendant vos vacances ou si vous projetez une randonnée difficile en montagne par exemple, à un an, renouvelable, si vous pratiquez régulièrement votre sport favori.

 

FOCUS :

Si vous vous apprêtez à pratiquer un tel sport, de façon occasionnelle ou régulière, prenez soin de prévenir votre assureur. Sachez également que la définition du risque varie parfois selon la situation géographique : un assureur grenoblois aura une connaissance plus pointue des risques liés à l’escalade alors que son confrère breton évaluera plus facilement les risques liés à la pratique de la voile.

Félicitations

Votre demande de création de compte a bien été enregistrée, vous allez recevoir
un message de confirmation sur votre adresse email dans quelques instants.

Récupération de votre mot de passe

Un message vous a été envoyé à votre adresse email. Une validation vous sera demandée afin de réinitialiser votre mot de passe.